18 septembre 2013

FIORETTO

DSC01259

FIORETTO

 

Cette pieuse pratique est à propager. Oh ! Oui, âme fidèle, faites-la vôtre, et propagez-la ; elle est si simple, elle vous coûtera si peu, et vous en serez si largement payée ! Au moins cette humble goutte d’eau dans les brasiers ardents du purgatoire ! Si nul ne la refusait, que d’âmes en recevraient leur délivrance !... et quel fleuve rafraîchissant traverserait sans cesse la prison de feu !

AVIS IMPORTANT

 

Cet exercice de la Semaine sanctifiée, praticable en quelque temps de l’année que ce soit, ayant été approuvée par l’autorité ecclésiastique compétente, selon la teneur du rescrit de la Sacrée Congrégation des Indulgences (26 novembre 1876) jouit des indulgences suivantes :

Indulgence de 300 jours, chaque jour de la semaine ;

Indulgence plénière, un des jours de la semaine, ou un des huit jours qui la suivent immédiatement, et aux conditions ordinaires.

 

NIHIL OBSTAT : C.E. GAGNE, ptre

IMPRIMATUR : B.Ph.GARNEAU, v.g.

Québec, le 17 octobre 1933.

 

Posté par priscilliablu à 02:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


JEUDI VENDREDI SAMEDI

DSC01299

JEUDI

 

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette les scandales donnés… Si au moins, je n’avais que mes fautes à regretter !... Si, en mourant, j’avais pu arrêter les tristes conséquences de mes scandales !... Si je pouvais d’ici retenir, sur la pente de l’abîme, tant de pauvres âmes qui suivent mes tristes exemples et ma perverse doctrine !... Mais non, à cause de moi, il se commet encore du mal, et cela durera des années, des siècles… et il m’est demandé compte de la part qui me revient de tous les péchés dont je suis la cause. Ah ! S’il m’était permis de faire arriver ma parole brûlante jusqu’aux extrémités de la terre, et de parcourir en missionnaire  le monde tout entier, avec quelle activité je m’attacherais aux âmes pour les détourner du vice, et les entraîner à la vertu ! O vous qui venez me visiter en compagnie du Sacré Cœur, dans ma prison ténébreuse, et qui faites briller à mes yeux un rayon de sa bénie lumière, vous avez en lui le moyen le plus sûr et le plus facile, en coopérant à sa grâce, en reproduisant ses vertus, en vous animant de son zèle, de convertir autant d’âmes, et plus encore que je n’en ai scandalisées.

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes des fidèles, venues de toutes les contrées de l’Amérique, plus spécialement celles des pays encore sauvages et qui commencent à recevoir des lumières de la foi, et nous recommander à celles, qui, en ce moment, montent au Ciel.

Bouquet spirituel : « A chacun selon ses œuvres »

Suffrage : Donner aujourd’hui à quelque personne une image du Sacré Cœur.

Intention particulière : Priez pour l’âme la plus dévote au Saint Sacrement.

Motif : Elle demandera pour vous la grâce de le recevoir dignement à l’heure de la mort, comme gage de votre salut éternel.

Prière pour le jeudi : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie, par le Corps adorable et le Très Précieux Sang de votre Divin Fils Jésus, qui, la veille de sa Passion, se donna lui-même en nourriture et en breuvage à ses apôtres bien-aimés, et laissa ainsi à toute son Eglise, un sacrifice perpétuel, et à ses fidèles, un aliment vivifiant, de délivrer les âmes du Purgatoire, et tout spécialement la plus dévote à ce Mystère d’un amour infini, afin qu’elle vous loue par votre Divin Fils, et avec votre Divin Fils, en union avec le Saint Esprit, dans le séjour de votre gloire, pendant toute l’éternité. Ainsi soit-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « O mon Jésus, miséricorde » (Indulgence de 100 jours chaque fois, Pie IX, 1846).

 

VENDREDI

 

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette la pénitence omise… Qu’elle eût été facile, hier, dans le monde !... Qu’elle est rude, aujourd’hui, dans le Purgatoire !... Ici, la plus petite de mes souffrances est au-dessus des plus grandes douleurs de la terre. Je n’avais autre chose à faire alors qu’à accepter avec résignation le travail, la douleur, la contrariété ; me priver de quelques biens superflus, pour en enrichir les pauvres ; accomplir des œuvres satisfactoires ; utiliser les indulgences et les pratiques de piété. Quoi de plus aisé !... Ah ! si Dieu voulait m’accorder de revenir sur la terre, aucune règle ne me paraîtrait assez austère, nul martyre ne saurait m’effrayer ; il n’y aurait pour moi que suavité dans les plus rigoureuses pénitences, à la pensée de ces feux dévorants dont, par elles, j’éviterais les ardeurs… O vous qui souffrez dans cette vallée d’exil, réjouissez-vous : la plus légère peine chrétiennement supportée en vue de vos péchés, pour satisfaire à la justice de Dieu, et offerte au Sacré Cœur en esprit de réparation, peut vous épargner un long et pénible Purgatoire.

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes des fidèles, venues des contrées lointaines de l’Océanie, plus spécialement celles des missions catholiques les plus éprouvées, et nous recommander à celles, qui, en ce moment, montent au Ciel.

Bouquet spirituel : Faites donc de dignes fruits de pénitence.

Suffrage : Une petite pénitence pour le soulagement des âmes du Purgatoire.

Intention particulière : Vous prierez en faveur des âmes, pour lesquelles vous avez le plus d’obligation de prier.

Motif : C’est votre devoir. Et si, à l’égard de ces âmes, vous avez quelque obligation de justice, ne différez plus ; autrement, vous attirerez sur vous la vengeance divine !

Prière pour le vendredi : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie, par le Très précieux Sang que Jésus, votre Divin Fils, a répandu à pareil jour sur l’arbre de la Croix, surtout par les plaies de ses mains et de ses pieds sacrés, de délivrer les âmes du Purgatoire, et en particulier celle pour laquelle je suis le plus obligé de prier, afin que ce ne soit pas par ma faute que vous ne l’introduisiez pas aussitôt dans le sein de votre gloire, pour vous louer et vous bénir à tout jamais. Ainsi soi-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « Jésus doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au Vôtre » (Indulgence de 300 jours chaque fois, Pie X, 13 septembre 1905).

 

SAMEDI

 

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette le peu de charité que j’ai eu sur la terrepour les âmes du Purgatoire. J’aurais pu leur être si utile durant ma vie ! Prières, pénitences, aumônes, bonnes œuvres, communions, saintes messes, dévotion au Sacré Cœur ; que de moyens n’avais-je pas pour consoler ces pauvres âmes, retenues prisonnières dans ce séjour de feu, de ténèbres et de souffrances ! Si j’avais agi de la sorte, je me serais acquis des grâces puissantes pour éviter le péché et pour m’envoler droit au Ciel : j’aurais au moins mérité un Purgatoire plus mitigé, plus rapide, et je prendrais une part plus grande au fruit des prières que de toute part l’on offre pour nous. Ah ! si je pouvais retourner sur la terre, personne ne serait plus dévoué que moi aux âmes souffrantes ! Que de saintes messes n’entendrais-je pas ? Combien n’en ferais-je pas célébrer pour elles ? Quelles prières n’adresserais-je pas au Ciel à leur intention ?... Quels efforts pressants ne ferais-je pas pour exciter en leur faveur la compassion de tous ? Ce que je n’ai point fait, alors que je le pouvais, vous, âmes chrétiennes, ne négligez pas de le faire en ce moment.

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes des fidèles, venues de l’Australie, et particulièrement de la Nouvelle-Guinée, et nous recommander à celles qui, en ce moment, montent au Ciel.

Bouquet spirituel : C’est justement que nous souffrons…

Suffrage : Propagez ce petit livre, et les âmes du Purgatoire vous en seront reconnaissantes.

Intention particulière : Priez pour l’âme la plus dévote à la Très Sainte Vierge.

Motif : Vous ferez le plus grand plaisir à Marie qui, se rendant aux prières de cette âme, vous obtiendra la grâce d’une vraie dévotion au Sacré Cœur de Jésus.

Prière pour le samedi : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie par le Très Précieux Sang qui jaillit du côté de Jésus, votre Divin Fils, à la vue de sa Très Sainte Mère, plongée dans une extrême douleur, de délivrer les âmes du Purgatoire, et en particulier celle qui a été la plus dévote à cette grande Reine, afin qu’elle soit admise au plus tôt dans votre gloire, et puisse vous louer en Elle et Elle en vous, pendant tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « O Marie, qui êtes entrée dans le monde sans tâche, de grâce, obtenez-moi de Dieu que je puisse en sortir sans péché » (Indulgence de 100 jours, une fois par jour, Pie IX, 1863).

 

DIMANCHE LUNDI MARDI MERCREDI

DSC01299

DIMANCHE

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette le temps perdu. Je ne le croyais ni si précieux, ni si rapide, ni si irréparable… Si j’avais su… Si je pouvais encore !... Temps précieux !... Aujourd’hui, je t’apprécie comme tu le mérites. Tu m’avais été donné pour t’employer tout entier à l’amour de Dieu, à ma sanctification, au soulagement et à l’édification du prochain ; je t’ai employé au péché, au plaisir, à des œuvres qui maintenant me causent de si amers regrets ! Temps si rapide sur la terre et si lent dans cette prison de feu ! Tu passais autrefois comme l’éclair ; ma vie fuyait, comme un songe ; et maintenant les heures me paraissent des années !... les jours… des siècles ! Temps irréparable ! Sur la terre tu semblais ne devoir jamais finir ; et la mort a coupé le fil de mes jours, au moment où j’y pensais le moins. O temps perdu, te voilà passé sans espoir de retour ! O vous, qui vivez encore sur la terre, consacrez pour nous au Cœur de Jésus quelques-unes de ces heures où la grâce vous est offerte en si grande abondance et avec tant de facilité !

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes de ceux qui, pendant leur vie, ont pratiqué ce saint exercice et nous recommander à celles, qui, en ce moment, montent au ciel.

Bouquet spirituel : « Les souffrances des âmes du Purgatoire sont si grandes, qu’un jour leur semble mille ans » (Saint Vincent FERRIER).

Suffrage : Consacrer un petit instant à honorer le Sacré Cœur en faveur des âmes du Purgatoire.

Intention particulière : Vous prierez le Sacré Cœur pour l’âme la plus abandonnée.

Motif : Plus grande est sa détresse, plus grande sera sa reconnaissance. Elle priera pour que Dieu ne vous abandonne pas, et que vous ne vous éloigniez jamais de lui par le péché.

Prière pour le dimanche : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie, par le Sang Très Précieux que Jésus, votre Divin Fils, a répandu dans le Jardin des Oliviers, de délivrer les âmes du Purgatoire ; je vous recommande particulièrement la plus abandonnée. Conduisez-la dans le séjour de la gloire, afin qu’elle vous loue et vous bénisse pendant toute l’éternité. Ainsi soit-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « Doux Cœur de Jésus, faites que je vous aime toujours de plus en plus » (Indulgence de 300 jours chaque fois, et plénière une fois le mois, à qui la récite chaque jour, Pie IX, 1876).

  

LUNDI

 

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette les biens dissipés. Ma fortune, ma santé, mes talents, ma position dans le monde : tout cela eût été pour moi un puissant moyen de salut, si j’avais voulu m’en servir à la gloire de Dieu. Que de grâces ne me serais-je pas attirées par là ! Et je ne l’ai pas voulu ! Et tous mes biens se sont évanouis à mes yeux, au moment de la mort ! Ah ! Si j’étais riche aujourd’hui de ces biens périssables, que ne donnerais-je pas pour avancer d’un moment ma délivrance, pour augmenter d’un degré la gloire que Dieu me réserve au Ciel, et pour faire connaître ici-bas, à une âme de plus, la dévotion au Sacré Cœur… O vous, qui sur la terre, disposez encore de quelque fortune, il vous en sera demandé compte… Songez-y… Usez-en selon la justice, la piété et la charité. Acquittez-vous de vos dettes envers les vivants et envers les défunts ; donnez aux pauvres de généreuses aumônes ; travaillez à la gloire du Sacré Cœur en procurant, par votre pieuse libéralité, la diffusion de son culte jusqu’aux extrémités du monde qui lui a été entièrement consacré.

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes des fidèles, venues de tous les points de l’Europe, plus spécialement celles de Rome, de la France, de la ville que nous habitons, et nous recommander à celles, qui, en ce moment, montent au Ciel.

Bouquet spirituel : « A l’aumône sont ouvertes les portes du Paradis » (Saint Jean CHRYSOSTOME).

Suffrage : Faire quelque aumône pour le culte du Sacré Cœur.

Intention particulière : Vous prierez pour l’âme la plus rapprochée de sa délivrance.

Motif : Plus le terme de ses souffrances est proche, plus elle désire s’unir au Sacré Cœur. Enlevez l’obstacle ; en échange, elle demandera pour vous la grâce de rompre les derniers liens qui vous empêchent de vous donner tout entier à Dieu.

Prière pour le lundi : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie, par le Sang Très Précieux que Jésus, votre Divin Fils, a répandu dans sa cruelle flagellation, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celle qui doit le plus tôt entrer dans votre gloire, afin qu’elle commence dès à présent à vous bénir pendant toute l’éternité. Ainsi soit-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « Doux Cœur de Marie, soyez mon salut » (Indulgence de 300 jours chaque fois, et plénière une fois le mois, à qui la récite chaque jour, Pie IX, 1852).

MARDI

 

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette la grâce méprisée. Elle m’a été offerte en si grande abondance, à chaque instant de la vie, avec de si pressantes sollicitations… Régénération chrétienne, vocation, sacrements, parole de Dieu, inspirations saintes, bons exemples, faveurs insignes de préservation dans le danger, de secours, dans la tentation, de pardon après la chute. Quelle somme incalculable de grâces de choix !... J’ai refusé les unes, accepté froidement les autres, abusé de la plupart d’entre elles. Ah ! si j’avais seulement, aujourd’hui, un moment, la liberté d’étancher ma soif à ces sources de la miséricorde qui jaillissent du Cœur Sacré de Jésus, et que les pécheurs et les indifférents dédaignent ! Ecoutez Sainte Marguerite-Marie vous dire du haut du Ciel, comme nous vous le disons du sein de nos flammes : «  Il est visible qu’il n’est personne au monde qui ne ressentit toutes sortes de secours, s’il avait pour Jésus-Christ un amour reconnaissant tel qu’est celui qu’on lui témoigne par la dévotion à son Sacré Cœur » (Œuvre de Sainte Marguerite-Marie, tom. II, 86).

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes des fidèles, venues de toutes les contrées de l’Asie, et plus spécialement celles  de la Palestine, et nous recommander à celles qui, en ce moment, montent au Ciel.

Bouquet spirituel : « Le bien d’une seule grâce est supérieur au bien naturel de l’univers entier » (Saint Thomas).

Suffrage: Quelques pratiques indulgenciées en l’honneur du Sacré Cœur.

Intention particulière : Prier pour l’âme du Purgatoire la plus éloignée de sa délivrance.

Motif : Laissez-vous toucher par sa désolation et son humilité à subir ses longues souffrances, elle vous en sera reconnaissante ! Bienheureux serez-vous, si elle vous obtient l’humilité en ce monde, pour que vous soyez glorifié dans l’autre.

Prière pour le mardi : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie, par le Sang Très Précieux que Jésus, votre Divin Fils, a répandu dans son douloureux couronnement d’épines, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celle qui devrait être la dernière à sortir de ce lieu de tourments, afin qu’elle ne tarde pas à vous louer dans votre gloire et à vous bénir à tout jamais. Ainsi soit-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « Père Eternel, je vous offre le Sang Très Précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés et pour les besoins de la Sainte Eglise » (Indulgence de 100 jours chaque fois, Pie IX, 1871).

 

 

MERCREDI

 

Colloque : Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?

Je regrette le mal commis… Il me paraissait autrefois si léger et si agréable. J’en étouffais les remords au milieu des plaisirs… Aujourd’hui son poids m’accable, son amertume fait mon tourment, son souvenir me poursuit et me déchire. Péchés mortels pardonnés, mais non expiés ; fautes vénielles, imperfections légères, trop tard je comprends votre malice ! Ah ! Si je retournais à la vie !... nulle promesse, si riante fût-elle, nul honneur, nul plaisir, nulle richesse, nulle parole séduisante ne serait capable de m’engager à commettre le plus petit péché. O vous qui avez encore la liberté de choisir entre Dieu et le monde, regardez les épines, la croix, les flammes qui ont torturé le Cœur de Jésus ; elles vous diront ce que nos péchés lui ont coûté de souffrances. Pensez aux regrets tardifs et douloureux que vous aurez de vos fautes en Purgatoire, et rien ne vous coûtera alors pour confesser, dans le Sacrement de pénitence, toutes celles du passé ; pour subir dans le présent la peine qui leur est encore due ; et pour les éviter à l’avenir.

PIEUSES PRATIQUES :

Résolution : Secourir aujourd’hui dans le Purgatoire, par tous les moyens en notre pouvoir, les âmes des fidèles, venues de toutes les contrées de l’Afrique et plus spécialement des pays autrefois catholiques, et nous recommander à celles qui, en ce moment, montent au Ciel.

Bouquet spirituel : « Que sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre son âme ? »

Suffrage: Un acte de contrition devant une image du Sacré Cœur.

Intention particulière : Vous prierez pour l’âme la plus riche en mérites.

Motif : Plus elle sera élevée en gloire dans le Ciel, et plus efficacement elle pourra vous obtenir un véritable amour de Dieu, sans lequel il n’est pas de vrai mérite.

Prière pour le mercredi : O Seigneur, Dieu Tout Puissant, je vous supplie par le Sang Très Précieux que Jésus, votre Divin Fils, a répandu dans les rues de Jérusalem, en portant une si pesante croix sur ses épaules sacrées, de délivrer les âmes du Purgatoire, et tout particulièrement celle qui est la plus riche de mérites devant vous, afin qu’élevée au rang sublime qu’elle attend, elle vous loue hautement et vous bénisse à jamais. Ainsi soit-il. PATER-AVE-DE PROFUNDIS.

Oraison jaculatoire : « Jésus, Marie, Joseph, je vous donne mon cœur, mon esprit et ma vie. Jésus, Marie, Joseph, assistez-moi dans ma dernière agonie. Jésus, Marie, Joseph, que je meure paisiblement en votre sainte compagnie » (Indulgence de 300 jours chaque fois, Pie VII, 1807).

 

ACTES PREPARATOIRES

Pratique quotidienne

 Un Petit Tour au Purgatoire

En compagnie du Sacré Cœur de Jésus

  DSC00081

PRIERE : Sainte Marguerite-Marie, que Notre Seigneur a choisie pour établir et répandre de toutes parts, comme une source intarissable de grâces, la dévotion à son Divin Cœur ; vous qui avez entendu les âmes du Purgatoire vous demander ce remède nouveau, si souverain à leurs souffrances, et qui avez délivré par ce moyen une multitude de ces pauvres prisonnières, obtenez-nous la grâce d’accomplir saintement votre pieuse pratique d’un petit tour par le Purgatoire, en compagnie du Cœur Sacré de Jésus. Ainsi soit-il.

Union d’intentions avec les fidèles qui accomplissent, chaque jour, ce saint exercice, dans l’église titulaire de l’œuvre, au Lungotevere Prati, Rome.

 

CONSECRATION DE LA JOURNEE : O Divin Cœur de Jésus, en faisant en votre compagnie ce petit tour par le Purgatoire, nous vous consacrons tout ce que nous avons fait et ferons encore de bien, avec le secours de votre grâce, durant cette journée, et vous prions d’appliquer vos mérites à ces saintes âmes souffrantes. Et vous, saintes âmes du Purgatoire, employez en même temps tout votre pouvoir, pour nous obtenir la grâce de vivre et de mourir dans l’amour et la fidélité au Sacré Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, en répondant à ses désirs sur nous sans résistance. Ainsi soit-il.

 

OFFRANDE : Père Eternel, nous vous offrons le sang, la passion et la mort de Jésus-Christ, les douleurs de la Très Sainte Vierge et celles de Saint Joseph, pour la rémission de nos péchés, la délivrance des âmes du Purgatoire et la conversion des pécheurs (100 jours d’indulgence une fois le jour, Pie IX, 1860).

INVOCATIONS :

†    Aimé soit partout le Sacré Cœur de Jésus !

(300 jours d’indulgence une fois le jour, PPO 631).

†    Marie, Mère de Dieu et Mère de Miséricorde, priez pour nous et pour les trépassés.

(100 jours d’indulgence une fois le jour, Léon XIII, 1892).

†    O Saint Joseph, modèle et patron des amis du Sacré Cœur de Jésus, priez pour nous.

(100 jours d’indulgence une fois le jour, Léon XIII, 1892).

 

PRELUDE :

Descendons un instant par la pensée avec l’amour du Cœur de Jésus et l’abondance de ses grâces, dans les flammes dévorantes du Purgatoire !

  1. 1.     Que d’âmes y viennent en ce moment  commencer leur douloureuse captivité !...

Qu’elles sont heureuses ! Elles ont évité l’Enfer à tout jamais… Elles sont sûres d’arriver au suprême bonheur… elles sont les amies de Dieu… elles sont sauvées !...

Qu’elles sont tristes ! Elles sont chargées de mille imperfections… de bien des peines temporelles dues encore au reste des péchés pardonnés… exilées pour un temps de leur céleste patrie… condamnées au feu expiatoire.

  1. 2.     Quelle sainte légion presque entièrement purifiée s’apprête aujourd’hui même à s’envoler au ciel !

Félicitons-les, donnons-leur le dernier suffrage qui hâtera de quelques instants leur joyeux départ, disons-leur de se souvenir de nous dans l’Eternel Royaume.

  1. 3.     Quelle multitude s’y trouve renfermée depuis longtemps déjà, pour y demeurer longtemps encore !

Il y a là des âmes séculières, religieuses, sacerdotales, des âmes qui nous sont chères.

Contemplons-les, écoutons leurs gémissements, adressons-leur une parole d’amitié et de compassion, prêtons-leur assistance.

 

 

PSAUME 120

De profundis clamavi ad te Domine : Domine exaudi  vocem meam. Fiant aures tuae intendentes in vocem deprecationis meae. Si iniquitates observaveris, Domine, Domine quis sustinebit ? Quia apud te propritiatio est, et propter legem tuam sustinui te Domine. Sustinuit anima mea in verbo eius, speravit anima mea in Domino. A custodia matutina usque ad noctem, speret Israel in Domino. Quia apud Dominum misericordia, et copiosa apud eum redemptio. Et ipse redimet Israel, ex omnibus iniquitatibus ejus.

Des profondeurs de l’abîme, j’ai crié vers vous, Seigneur, écoutez ma voix. Que vos oreilles soient attentives à la voix de ma prière. Si vous tenez compte de nos iniquités, Seigneur, qui pourra subsister devant vous ? Mais vous êtes plein de miséricorde, et j’espère en vous, Seigneur, à cause de votre loi. Mon âme s’est appuyée sur votre parole : mon âme a mis toute sa confiance dans le Seigneur. Depuis le matin jusqu’au soir, Israël espère dans le Seigneur. Car dans le Seigneur est la miséricorde et une abondante rédemption. C’est lui qui rachète Israël de toutes ses iniquités.

Versets:

Requiem aeternam dona eis Domine. Et lux perpetua luceat eis. Requiescant in pace. Amen.

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel. Et que la lumière éternelle les éclaire. Qu’ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

Indulgences applicables :

A la récitation des seuls versets, on gagne chaque fois l’indulgence de 300 jours, uniquement applicable aux défunts.(Pie X, 13 février 1906 – Id. Manuel, Appendice).

 

Posté par priscilliablu à 01:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

EXCELLENCE DE CETTE PRATIQUE

 

DSC01250 

Elle est conforme au désir du Sacré Cœur. Sainte Marguerite-Marie y résume les diverses pratiques suggérées par elle à ses novices et dont elle disait : « Voici, mes très aimées sœurs, la manière qui me semble être la plus conforme au désir du Sacré Cœur de Jésus, pour vous acquitter plus fidèlement de la promesse que vous lui avez faite en faveur des âmes souffrantes du Purgatoire ».

Elle est à méditer dans toutes les paroles choisies par la Sainte  pour en composer la formule.De chacune jaillit une lumière, s’exhale un parfum, découle je ne sais quelle grâce qui vous porte à secourir ces chères âmes pour faire plaisir au Sacré Cœur.

Elle est générale. Vous, qui que vous soyez, qui vous honorez du titre de fidèle vivant, vous êtes invité à faire pour les fidèles défunts votre petit tour par le Purgatoire, comme le marin fait son quart sur le navire ; le soldat, sa garde auprès de la citadelle ; l’âme fervente, sa visite au Saint Sacrement.

Elle est personnelle.Vous ferez… Vous, et non un autre pour vous. L’invitation vous est adressée. Après votre mort, on le fera pour vous… Aujourd’hui, les âmes souffrantes vous le demandent pour elles… La manière dont on le pratique au-delà de la tombe est bien diverse de celle-ci. Mieux vaut ne pas différer.

Vous ferez, c’est entendu… c’est votre résolution, ce sera votre acte à vous, au moment et dans la mesure que vous voudrez.

Elle est courte.Un petit tour… Vous en avez tant fait, d’ici, de là, par l’imagination et par le cœur, d’inutiles bien souvent, de nuisibles parfois : celui-ci comptera parmi les bons et vous aidera à réparer ceux qui ne l’ont pas été. Le temps d’une pensée sérieuse, d’un acte de foi, de zèle, de charité, d’une oraison jaculatoire. C’est bien modeste, et cependant, si petit soit-il, c’est un tour tout entier dans sa largeur et dans sa profondeur. L’éclair le plus rapide illumine, au moins un instant, la sombre prison. La brise la plus légère est toujours d’un grand prix dans l’atmosphère embrasée… C’est donc bien facile à tout le monde, partout, à toute heure, en toute circonstance, par quelque suffrage que ce soit.

Elle est consolante. Par le Purgatoire… c’est une visite aux exilés, aux malades, aux captifs, aux amis de Dieu, aux futurs princes de sa Cour.

Elle est sainte. En la compagnie du Sacré Cœur… Admis dans son royal cortège, purifions-nous par la contrition, unissons-nous à ses sentiments et suivons-le, comme autrefois les disciples quand il allait guérir toute langueur.

Elle est généreuse. En lui consacrant tout ce que vous avez fait.Donnons-lui sans réserve tout ce que nous avons fait et ce que nous ferons de bien, avec le secours de sa grâce, durant la journée, pour qu’il en dispose à son gré en faveur des chères prisonnières. Ce que nous avons est en si minime quantité et de si mince valeur ! C’est nous enrichir de ses grands biens à Lui que de nous dépouiller pour Lui de nos petits biens à nous…

Elle est inépuisable. Pour le prier d’appliquer ses mérites à ces saintes âmes souffrantes.Non contents de voir se changer, en or pur de la charité, la misérable obole de nos œuvres si imparfaites, nous supplions ce Divin Cœur d’ajouter en plus tous les infinis mérites de sa vie, de sa passion et de sa mort. Peut-on demander une plus précieuse faveur ? Apporte aux saintes âmes un plus grand soulagement ?

Elle est désirée au Purgatoire. « Si vous saviez, dit la Sainte (lettre 85), avec combien d’ardeur ces pauvres âmes demandent ce remède nouveau !... »

Elle est efficace. « Ce remède si souverain à leurs souffrances, car c’est ainsi qu’elles nomment la dévotion au Sacré Cœur, et particulièrement les messes en son honneur. »

Elle est profitable à qui la fait.« Et vous les prierez en même temps d’employer leur pouvoir… » Nous leur avons tendu la main pour les secourir, nous la leur tendons de nouveau pour qu’elles nous secourent. Nous la leur avons apportée pleine, nous ne voulons pas la retirer vide. Elles ont reçu de nous ; à elles maintenant de nous donner. Elles étaient nos protégées ; elles deviennent nos protectrices. Elles nous seront toujours plus généreuses et plus puissantes que nous ne saurions jamais l’être envers elles.

Elle est du plus grand prix.Pour nous obtenir la grâce de vivre et de mourir dans l’amour et la fidélité au Sacré Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ en répondant à ses désirs sur nous sans résistance. C’est, sans contredit, la plus belle grâce que nous puissions obtenir en ce monde,  par la douce entremise des âmes souffrantes ; c’est la rénovation non interrompue de cette faveur à tout instant de la vie, jusqu’à la mort ; c’est cette même grâce d’amour et de fidélité au Sacré Cœur, non seulement pour l’exécution de ses ordres et la mise en pratique de ses conseils, mais pour l’accomplissement de son bon plaisir, sans aucune résistance en tout, partout, toujours, de plus en plus, de mieux en mieux et malgré tout. Ne pouvons-nous rien demander de plus précieux ?

Elle est méritoire. Inspirée par la double charité envers Dieu et le prochain, elle fait grandir les fidèles dans la grâce et dans la vertu ; elle leur attire, durant la vie et surtout à la mort, la miséricorde divine : elle leur obtient un accroissement de gloire pour le ciel.

Elle est opportune. L’iniquité abonde dans le monde ; la charité s’est refroidie ; il est nécessaire de nous apitoyer davantage sur le sort douloureux de ces pauvres âmes souffrantes. Elles sont si nombreuses ! Malgré les suffrages qui se font en leur faveur dans tant de pieuses associations et de chrétiennes familles, elles sont encore si abandonnées, hélas, de l’immense multitude qui passe indifférente, sans songer à leur procurer le plus petit secours.

Elle est populaire. Dans la mansarde du pauvre, dans le palais du riche, dans la cellule de la Vierge consacrée à Dieu, dans les familles chrétiennes, dans les pensionnats, dans les séminaires, dans le sacerdoce, dans la vie religieuse, dans la mission lointaine, au milieu des champs, dans les prisons elles-mêmes, elle est accueillie avec amour.

Elle est juste. N’avons-nous pas, dans ce lieu d’expiation, des parents, des amis, des bienfaiteurs ? Des âmes qui ont offensé le Seigneur à cause de nous ? Des personnes qui attendent l’exécution  de nos promesses ou l’accomplissement des obligations que nous avons contractées de leur venir en aide après leur mort ?

 Elle est urgente. Ecoutez les gémissements inénarrables qui se succèdent sans interruption  et montent des profondeurs  du Purgatoire. Toutes ces voix crient : « Pitié ! Pitié ! ».

Quelques-unes de ces chères âmes souffrantes, arrivées, à cette heure même, dans les flammes expiatrices, n’ont pas encore eu de soulagement ; ayons à cœur de leur apporter le premier ; d’autres n’ont plus qu’un dernier suffrage à recevoir pour terminer leur long exil ; hâtons-nous, en leur donnant, de leur ouvrir les portes de la Patrie ; toutes sont dans la douleur ; sur toutes, étendons notre charité.

Elle est pleine de doctrine. Tout le dogme du Purgatoire s’y montre en abrégé. Les chères âmes pardonnées, destinées à la gloire, y sont appelées pauvres, souffrantes, affligées, prisonnières, à cause des restes de leurs péchés ; saintes, puissantes, avocates, bonnes amies, à cause de leurs vertus et de leurs mérites ; tout ce qui se fait pour elles en suffrage, le Cœur de Jésus le regarde comme fait à lui-même, à cause de la compassion qu’il leur porte, et de l’ardente soif qu’il a  de les avoir au plus tôt avec lui dans sa gloire. Elles ont grand intérêt à recevoir de nous un soulagement temporel ; nous en avons un plus grand à faciliter notre salut éternel en leur faisant du bien.

Elle est semblable au Ministère des Anges. Ne porte-t-elle pas les gémissements de ces pauvres âmes à leur Père qui est aux cieux, et à leurs frères et amis qui sont sur la terre ? Ne leur porte-t- elle  pas à elles-mêmes, en témoignage de notre pieux souvenir, quelque adoucissement inattendu ou l’annonce d’une délivrance plus rapprochée ?

Elle est inspirée d’en-Haut. « Dans sa clémence infinie, Jésus inspire à ceux qui vivent encore ici-bas de puiser, pour les prisonnières, dans les trésors de mérites de son Cœur Sacré. Et, dociles à cette inspiration, les fidèles se consacrent au Divin Cœur pour secourir d’une manière prompte et efficace les âmes qui souffrent dans le Purgatoire. » (Card. Vicaire, 1894)

Elle est préservatrice de biens des fautes. Tant de fois notre folle imagination divague en pensées mondaines, en rêves trompeurs, en désirs périlleux ; conduisons-la, un instant, dans cette prison brûlante, où s’évanouissent les vanités, où se punit la moindre offense, où tout doit être payé jusqu’à complète satisfaction. Là, nous apprendrons à détester, à fuir et à expier le péché.  

Elle est publique. Son église titulaire, au centre de Rome, est le siège canonique de l’Association et de ce pieux exercice ; elle a ses quinze messes quotidiennes de demi-heure en demi-heure, de 6heures à midi ; ses bénédictions du Saint Sacrement, matin et soir ; ses triduums, ses neuvaines, ses trentains demandés par les associés pour grâce à obtenir ou pour grâce reçue ; sa revue mensuelle « le Purgatoire » en divers langues, plus d’un million d’exemplaires s’en sont déjà répandus ; son musée chrétien si providentiellement formé, et dont les enseignements sur le Purgatoire sont tout à la fois si graves et si consolants. Elle est un lieu béni de pèlerinages  où la prière, sous toutes ses formes, est un perpétuel suffrage en faveur des fidèles trépassés.

Elle est solennelle. Matin et soir devant le Saint Sacrement exposé, le prêtre, au nom de tous les fidèles qui l’entourent et de tous les millions d’associés unis à nous, lit la même formule que nous donnons plus loin, et prie aux intentions de toute notre immense Archiconfrérie.

Elle est un stimulant de bien des vertus. Impossible de tendre une main secourable à ces royales et  sympathiques Princesses, réduites encore en captivité à la veille même de leur couronnement, sans nous représenter le spectacle saisissant de leur soumission absolue au bon plaisir divin, de leur recueillement profond dans la prière, de leur ardent amour pour le Seigneur, de leur mutuelle charité entre elles, de leur intime reconnaissance envers nous.

Elle est remplie de suavité. N’est-elle pas un délicieux composé de toutes les œuvres de miséricorde, selon la pensée de Saint François de Sales ?... N’est-elle pas le miel formé  du suc de toutes sortes de vertus, qui fleurissent à l’envi dans cet acte de tendre compassion !... Essayons-en ; nous ne tarderons pas d’en savourer les douceurs.

Elle est chère au Sacré Cœur de Jésus, à Marie et à Joseph. Jésus, notre Rédempteur, la Vierge Immaculée, Mère de Miséricorde, Joseph, Protecteur fidèle des âmes du Purgatoire, ne laissent jamais sans particulière assistance, durant la vie et après la mort, les chrétiens compatissants envers les âmes souffrantes.

Elle est perpétuelle. A tout instant, jour et nuit, quelques-uns de nos innombrables associés, sur quelque point de la terre, prient à nos intentions, pour nos chers défunts, comme nous prions à notre tour, pour les leurs. C’est une succession non interrompue de Saintes Messes, communions, chemins de croix, bonnes œuvres, prières, indulgences. Ceux que nous pleurons ne sont, ne seront jamais oubliés.

Elle est bénie de l’Eglise. De nombreux Evêques l’ont approuvée avec amour, l’Eminentissime Cardinal Vicaire de sa Sainteté l’a plusieurs fois éloquemment encouragée, et le Souverain Pontife a daigné enrichir de sa bénédiction apostolique tout fidèle qui la propage.

Elle est favorisée de Dieu. De grandes faveurs temporelles et spirituelles  ont souvent manifesté combien le Cœur de Jésus avait pour agréable cette pieuse pratique. On peut s’y dévouer en vue d’une conversion, d’une guérison, d’une grâce particulière, promettant, si l’on est exaucé, d’adresser la relation du fait au centre de l’Archiconfrérie et de se dévouer davantage à propager ce saint exercice. Plusieurs ont ainsi obtenu ce qu’ils avaient, jusqu’alors, ardemment et vainement sollicité.

Elle est riche de suffrages. Elle les recommande tous, et particulièrement tout acte de vertu pratiqué en unions avec le Sacré Cœur, en réparation des défauts contraires pour lesquels les pauvres âmes souffrent maintenant.

Elle n’est point rigoureuse. « Je vous charge peut-être trop », disait la compatissante Visitandine en parlant de ces diverses pratiques. « Ne vous faites point de peine, quand vous ne les pourrez faire d’une façon, faites-les de l’autre ».

Elle est marquée au Sceau de la Très Sainte Vierge. La Sainte clôt toutes ses recommandations par celle-ci : « Il faut être bien fidèle à faire la petite couronne de la Sainte Vierge tous les jours, car nous ne saurions faire un acte plus agréable à Dieu que d’honorer sa Très Sainte Mère. »

Elle multiplie nos protecteurs. Et si vous pouviez mettre en liberté quelqu’une de ces pauvres prisonnières, vous seriez heureuses d’avoir dans le Ciel une avocate qui plaiderait votre salut. « Ce matin, dimanche du Bon Pasteur, écrivait il y a plus de deux cents ans, Sainte Marguerite Marie, deux de mes bonnes amies souffrantes, à mon réveil, me sont venues dire adieu, parce que c’est aujourd’hui que le Souverain Pasteur les recevait dans son bercail éternel, avec plus d’un million d’autres, en la compagnie desquelles elles s’en allaient avec des chants d’allégresse inexprimables.

Si vous saviez combien mon âme a été transportée de joie ! Car en leur parlant, je les voyais peu à peu noyées et abîmées dans la gloire, comme une personne qui se noie dans un vaste océan. Et comme je les priais de se souvenir de nous, elles m’ont dit pour dernières paroles que l’INGRATITUDE N’EST JAMAIS ENTREE DANS LE CIEL. »

Puisse, chaque  jour, dans notre Œuvre, ressembler à ce beau dimanche  du Bon Pasteur !

ORIGINE DE CETTE PIEUSE PRATIQUE

Par le R.P. Victor Jouet, m.s.c.

Un Petit Tour par le Purgatoire

 DSC00079

CHAQUE JOUR

En compagnie du Sacré Cœur de Jésus

 

 

« Vous ferez un petit tour par le Purgatoire en la compagnie du Sacré Cœur, en lui consacrant tout ce que vous aurez fait, pour le prier d’appliquer ces mérites à ces saintes âmes souffrantes.

Et vous le prierez, en même temps, d’employer leur pouvoir pour nous obtenir la grâce de vivre et de mourir dans l’amour et la fidélité au Sacré Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, en répondant à ses désirs sur nous sans résistance…

Et si vous pouviez mettre en liberté quelques-unes de ces pauvres prisonnières, vous seriez bien heureuses d’avoir dans le ciel une avocate qui plaiderait votre salut. »

(Sainte Marguerite-Marie, t. II, p.141)

 

Cette dévote pratique, conseillée par sainte Marguerite-Marie à ses chères novices, pour l’Octave des Trépassés, nous a donné l’idée du petit exercice quotidien proposé à tous dans ce modeste opuscule, si bien accueilli par la piété chrétienne.

 

27 juillet 2012

SACRE COEUR DE JESUS BROYE A CAUSE DE NOS PECHES

L’IMAGE DU CŒUR DE JESUS

BROYE A CAUSE DE NOS PECHES

 

003

 

L’image du Cœur de Jésus, broyé à cause de nos péchés, fut peinte par une religieuse en novembre 1916. Claire FERCHAUD donne ici quelques détails sur les conditions dans lesquelles cette peinture si prenante et émouvante fut réalisée :

« Jésus m’invite à me détacher entièrement des choses terrestres… à ne voir et à ne penser qu’à lui…

De me mettre sous sa présence, pendant que j’écrirai, et de confier la plume à Marie, sa Sainte Mère, pour qu’elle la dirige car qui peut mieux connaître le Cœur de Jésus si ce n’est sa Mère ?

C’est sous sa direction que je demande les lumières divines pour écrire les promesses du Sacré-Cœur, en faveur de ceux qui l’honoreront sous la figure du Cœur broyé.

 

  • Jésus m’a dit, tout au début, lorsqu’il me disait de faire représenter ce Cœur en image :

 « Fais faire une image semblable au Cœur que je te montre ; elle sera un gage de salut pour toutes les personnes qui m’honoreront sous cette figure ».

Et lorsque je pensais à ne faire traduire que le Cœur simplement, Jésus dit :

« Non pas le Cœur mais toute ma personne… par elle, je veux pénétrer les cœurs les plus durs ».

Jésus avait dit pour la personne qui, sous ma dictée, devait peindre la nouvelle image :

« C’est cette image qui doit sauver la France… tu iras la porter au Président, qui sera bouleversé par le regard, mais surtout par la grâce ; tu lui diras de vive voix les blessures que m’a faites son infidélité et la grande plaie ouverte par la France officielle. Ce Cœur sauvera la France en ramenant les cœurs ingrats à la pénitence… je veux que mon Cœur soit peint sur le drapeau national… mais alors, que ce soit mon Cœur triomphant, sans blessures. Car ce sera le moment de la résurrection, puisque j’aurai vaincu les cœurs ».

 

PROMESSES  DU CŒUR BROYE A CAUSE DE NOS PECHES

 

  • Jésus promet pour toutes les âmes en général :

« Je viens me manifester à toi… c’est surtout pour les pécheurs … A toutes les âmes qui me prieront pour leurs frères égarés, je promets de me rendre à leurs désirs, en ramenant les âmes à leur devoir…

A tous les pécheurs qui s’agenouillent devant l’image de mon Cœur broyé, sans contrition, ma grâce agira avec une telle force qu’ils se relèveront convertis.

Aux indifférents, mon regard seul touchera leur cœur et les enflammera d’une ardeur pour pratiquer le bien… Je veux que cette image soit répandue par toute la terre… partout où elle sera honorée, je répandrai d’abondantes bénédictions.

C’est aux prêtres surtout que je m’adresse. Je veux former autour de mon Cœur une couronne de douze étoiles, où je me choisirai douze victimes sacerdotales qui seront mes consolateurs.

Je demande aux prêtres de répandre cette image partout où ils passeront… et, partout où ils publieront mon Cœur martyrisé, je rendrai leur ministère fructueux et bénirai la moindre parole qu’ils diront en mon nom…

S’ils rencontrent des âmes endurcies, qu’ils prient mon Sacré Cœur et elles se convertiront. Si quelques unes refusent de croire les vérités de la religion, qu’on glisse à leur insu, dans leur appartement, l’image de mon Cœur broyé… elle fera des miracles de grâces en conversions subites et toutes surnaturelles.

A ceux qui baiseront, avec un véritable amour, l’image de mon Cœur broyé, je leur remets le pardon de leurs fautes, même avant l’absolution…

Par cette dévotion, j’attirerai les cœurs à moi… je les élèverai à la perfection la plus haute… je susciterai de nombreuses vocations sacerdotales et il y aura de saints prêtres par la vertu de ce Cœur déchiré.

Enfin, je serai le consolateur à l’heure de la mort : les âmes qui m’auront honoré ici-bas sous ce Cœur broyé rendront les derniers soupirs dans les plus hauts transports d’amour…

Les pécheurs donneront un signe de repentir à l’heure dernière, lorsqu’on leur présentera l’image : ce sera le seul qu’ils ne pourront refuser… Un seul regard… un seul acte d’amour et de demande de pardon vers cette image me suffira pour ouvrir le Ciel à l’âme qui doit paraître devant moi à l’heure dernière. »

  • Et Jésus termine :

« Je suis venu pour les pécheurs, pour ceux qui sont morts, afin de donner la vie… Je veux régénérer le monde par ce Cœur couvert de plaies… je ne viens pas pour mettre la terreur parmi vous, mais je suis le Dieu d’amour, qui pardonne et veut vous sauver tous ».

  • Jésus s’adresse à chaque âme en particulier :

« Et toi, veux-tu me consoler de l’oubli de ton frère ? Aime- moi pour lui… pour que je pardonne à tous… Pourrais-je faire pour toi plus que je n’ai fait ?... L’Amour est plus fort que la mort !... l’Amour !... c’est la rédemption qui sauvera l’univers ».

Posté par priscilliablu à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



  1