066

Seigneur, écoutez ma prière et ma supplication qui ne sortent pas de lèvres trompeuses. Que mon jugement vienne de votre visage et que vos yeux regardent là où se trouve la justice. Vous avez mis mon cœur à l’épreuve et vous l’avez visité la nuit ; vous m’avez mis à l’épreuve du feu et vous n’avez trouvé en moi aucune iniquité.

Jamais je ne célèbrerai les œuvres des hommes ; vos paroles m’ont soutenu pour marcher sans faiblir dans les voies difficiles. Maintenez fermement mes pas dans vos sentiers, pour que mes pieds ne chancellent pas. Je vous invoque, Seigneur, afin que vous m’exauciez : écoutez ma prière. Montrez votre miséricorde, vous qui venez en aide à ceux qui espèrent en vous. Gardez-moi comme la prunelle de l’œil et mettez-moi à l’abri, à l’ombre de votre droite, des impies et des ennemis mortels qui me persécutent. Ils ne connaissent pas la pitié et ils profèrent des paroles hautaines. Ils m’ont repoussé, maintenant, ils veulent me jeter à terre. Ils me guettent, comme des lions prêts au carnage, et comme des lionceaux cachés dans un fourré. Seigneur, allez à leur rencontre et terrassez-les. Délivrez mon âme de l’impie. Séparez-les, Seigneur, du petit troupeau de vos fidèles. Les ennemis ont le ventre rempli de richesses et ils laisseront des trésors à leurs fils et petits-fils. Pour moi, ma richesse sera d’être admise devant vous, Seigneur, et je serai rassasié lorsqu’apparaîtra votre gloire.

Heureux ceux dont les péchés ont été pardonnés, ainsi que les iniquités. Heureux celui dont l’âme ne connaît point de fraude. Chaque jour, mes os se consumaient dans mes gémissements, car je me suis tu. Votre main, Seigneur, s’appesantissait sur moi jour et nuit ; l’épine s’enfonçait toujours davantage et je me retournais dans ma douleur. Je n’ai pas caché mon iniquité et je vous ai avoué mon péché et vous, Seigneur, vous m’avez pardonné l’iniquité de mon péché. Que tout homme pieux vous adresse donc sa prière. Parmi les ennemis qui m’entourent, vous êtes mon refuge ; délivrez-moi de tous ceux qui m’assiègent, car vous êtes ma joie. Le Seigneur a dit : « Je te montrerai le sentier dans lequel tu dois marcher et je maintiendrai constamment mon regard sur toi et je t’instruirai ». Ne ressemblez pas au mulet ou au cheval qui ne sont pas intelligents et avec lesquels il faut se servir du mors et du frein, quand ils refusent de nous servir. Le méchant fait engendrer bien des douleurs, mais la faveur Divine ira toujours vers celui qui espère en Dieu. Les justes seront dans l’allégresse et se réjouiront dans le Seigneur ; ils ont le cœur droit et ils glorifieront le Seigneur.

O Dieu, qui avez instruit et éclairé les cœurs des fidèles par la lumière du Saint-Esprit, donnez-moi, par ce même Esprit, la connaissance et l’amour de la justice, et faites qu’Il me remplisse toujours de ses divines consolations.

O Dieu, dessillez-moi les yeux du corps et de l’âme et montrez-moi ce qu’il m’est  permis de voir.

Par Notre Seigneur, Jésus-Christ. Ainsi soit-il.